À PROPOS

Né en 1979, vit et travaille à Nantes

Diplômé de l’Ecole Pivaut à Nantes en 2004

 

ABOUT ME

Born in 1979, lives and works in Nantes, France

Diploma in visual arts at Ecole Pivaut in Nantes, 2004

EXPOSITIONS PERSONNELLES

 

2020

Gare d'Anjou, Saint-Sébastien-sur-Loire

Manoir de Procé, Nantes

Atelier du Moulin Gautron, Vertou

 

2019
La Galerie Rouge, Pont-L'Abbé

2018
L'Atelier des Créateurs, La Gobinière, Orvault

2017  
Manoir de Procé, Nantes

L'Atelier des Créateurs, La Gobinière, Orvault

Galerie d'Aguesseau, Boulogne-Billancourt

 

2014    
Restaurant Le XVI ème, Audierne
Atelier-Expo, Nantes

 

2011

Mairie de Tréméoc, Tréméoc

Centre Culturel L’Athéna, Ergué-Gabéric

 

2010

Atelier Ar Freskenn, Pont-L’Abbé

Mairie de Tréméoc, Tréméoc

SOLO EXHIBITIONS

 

2020

Gare d'Anjou, Saint-Sébastien-sur-Loire

Manoir de Procé, Nantes

Atelier du Moulin Gautron, Vertou

2019
La Galerie Rouge, Pont-L'Abbé

2018
L'Atelier des Créateurs, La Gobinière, Orvault

2017  
Manoir de Procé, Nantes

L'Atelier des Créateurs, La Gobinière, Orvault
Galerie d'Aguesseau, Boulogne-Billancourt

 

2014

Restaurant Le XVI ème, Audierne
Atelier-Expo, Nantes

 

2011

Town Hall Tréméoc

Cultural Centre L'Athéna, Ergué-Gabéric
 

2010

Studio Ar Freskenn, Pont-L'Abbé

Town Hall Tréméoc

EXPOSITIONS COLLECTIVES

 

2020

Les Ateliers de Bitche, Nantes

23 ème salon de peinture et de sculpture, Les Sorinières

2019

La Boite Noire avec Arty Show, Nantes 

Petit Marché de l'Art, Galerie le Rayon Vert, Nantes 

27e édition Salon d'Art, Saint-Aigan de Grand Lieu
La Balade des Ateliers de Chantenay 19ème, Nantes

Marché d'Art de la Perrière, La Perrière Belforêt-en-Perche

2018

Petit Marché de l'Art, Galerie le Rayon Vert, Nantes  
Chemin de Laine dans l'Himalaya, Espace Cosmopolis, Nantes

Les Rencontres de Saint-Céneri 2018, Saint-Céneri-le-Gérei

2017  
7 AU COTEAU 5ème, La Galerie 18, Nantes

La Balade des Ateliers de Chantenay 17ème, Nantes

« ABSTRACTION » avec Ar'Muse, Château de la Groulaie, Blain

 

2016
Petit Marché de l'Art, Galerie le Rayon Vert, Nantes  
l’Artothèque de Châteaubriand, 12 ème édition
Les « ARTS PAPIERS 2016 » avec Arteva, Nantes
Ouverture des Ateliers d'Artistes de Brocéliande, Bréteil
La Balade des Ateliers de Chantenay, Nantes
Abbaye de Melleray, avec Nomad' EXPO
Galerie Rouge, Pont-L’Abbé, expo « Les 10 ans de la Galerie Rouge »
« La nuit, tous les chats sont gris », Café Des Négociants, Rezé
« L’Atelier de Pâques », Atelier-Expo, Nantes 
ART 5, Bannalec
« Les Massaïs, Mouvements & Couleurs »Galerie ANGLE 3, Quimper  
 
2015
Ateliers de Bitche, Nantes
5ème Salon de Peinture de L’Athéna, Ergué-Gabéric
« L’Atelier de Pâques », Atelier-Expo, Nantes 
31ème Salon du Rotary Club, Châteaubriand
l’Artothèque de Châteaubriand, 7 ème édition
Office du tourisme de Plougonvelin, expo organisée par l’AVF

 

2014
Galerie le Rayon Vert, Nantes, expo dans le cadre du « Petit Marché de l'Art » 
l'Artothèque de Châteaubriand, 6 ème édition

Journées du patrimoine de Couëron, expo dans les jardins

 

2011

Galerie Rouge, Pont-L’Abbé, expo « Plaisirs et dépendances »

 

2010

RELEK CENTRIK, Chapiteau d’Hiver 2010, Le Relecq-Kerhuon,

 

2009

Château De Kerminaouët, Trégunc, expo « Les Muses au Château »
 

GROUP EXHIBITIONS

 

2020

Les Ateliers de Bitche, Nantes

23th edition Art Fair, Les Sorinières

2019

Black Box by Arty Show, Nantes 

Petit Marché de l'Art, Galerie le Rayon Vert, Nantes 

27th edition Art Fair, Saint-Aigan de Grand Lieu
La Balade des Ateliers de Chantenay 1
9th edition, Nantes

Marché d'Art de la Perrière, La Perrière Belforêt-en-Perche

2018

Petit Marché de l'Art, Galerie le Rayon Vert, Nantes  
Chemin de Laine dans l'Himalaya, Espace Cosmopolis, Nantes

Les Rencontres de Saint-Céneri, Saint-Céneri-le-Gérei

2017  
7 AU COTEAU 5ème, Galerie 18, Nantes

La Balade des Ateliers de Chantenay 17th edition, Nantes

« ABSTRACTION » with Ar'Muse, Château de la Groulaie, Blain

 

2016
Petit Marché de l'Art, Galerie le Rayon Vert, Nantes  
l’Artothèque de Châteaubriand, 12th edition
Les « ARTS PAPIERS 2016 » with Arteva, Nantes
Ouverture des Ateliers d'Artistes Brocéliande, Bréteil
La Balade des Ateliers de Chantenay, Nantes
Abbaye de Melleray, with Nomad' EXPO
Galerie Rouge, Pont-L'Abbé, exhibition "10 years anniversary
Café Des Négociants, Rezé,
"In the night, all the cats are grey"
Atelier-Expo, Nantes, « L’Atelier de Pâques 2016 »
ART 5, Bannalec
Galerie ANGLE 3, Quimper, expo "The Maasai, Movements & Colors"

 
2015
Ateliers de Bitche, Nantes
5th edition Art Fair, at L’Athéna, Ergué-Gabéric
Atelier-Expo, Nantes,  "L’Atelier de Pâques" 
31ème Salon du Rotary Club, Châteaubriand
l’Artothèque de Châteaubriand, 7th edition
Tourist Office Plougonvelin, exhibition organized by l’AVF

 

2014
Petit Marché de l'Art, Galerie le Rayon Vert, Nantes 
L'Artothèque de Châteaubriand, 6th edition

Journées du patrimoine de Couëron, garden exhibition

2011

Galerie Rouge, Pont-L'Abbé, exhibition "Plaisirs et dépendances"

 

2010

RELEK CENTRIK, Chapiteau d’Hiver 2010, Le Relecq-Kerhuon

 

2009

Château De Kerminaouët, Trégunc, exhibition "Les Muses au Château" 

Nicolas Péron


Interview, Kasia Tirilly, 18/09/2013

 


How did your artistic adventure begin?

I started drawing when I was a little child, like all children do, without asking questions. Mostly animals, insects, countryside, all about nature and work on the fields, on the farms. After this, as a teenager, I took a distance, a break, I was searching myself  ... But after High School I went to a school of applied arts in Nantes.

 

 

 

Did this formation change anything in your artistic expression?

It was very helpful for my drawing, to learn and improve my technical skills. For my painting I was more of an autodidact. What was the most important was the work for the finals. I created a book about reverie, and by searching for ideas and asking myself how to put all that into form and color, I had a revelation. I had found my personal universe: the notion of revery expressed trough landscape and I really wanted to continue in this direction.

 

 

 

How did these projects come to realization after you had finished art school?

Instead of going into advertising or graphic design, which was my plan before, I started to work in painting, developing my own dreamy universe. Even though I got my diploma in 2004 it was not until 2008 that I finished a series of paintings that really met my expectations. In 2009 I had my first exhibition and others have followed since.


How did you experience your first exhibition?

I was a little afraid, but the fact that people liked my work reassured and liberated me. This helped me to progress, to lose my fear of feedback and critique. At that moment I even thought to myself what a pity that I had not done any exhibitions before but on the other hand I had not been ready. The series of paintings I had made in Brest were the first ones I was really proud of and which I wanted to show.


You mentioned Brest: which role did Brittany have in your work?

I have always wanted to move back to Brittany, since the moment my family had moved to Nantes when I was eight years old. The fact that I had to leave the idyll of my childhood left me traumatized. When I regained my Breton paradise I was able to recapture it through my paintings. And at that time I had the technique and the means for expressing it differently. I knew what I wanted to do and especially how I wanted to do it. When I moved to Brest in 2007 my objective was to devote myself entirely to painting, to develop my personal style.


In your paintings the reference to Brittany is not obvious. Was it your objective, in this manner, to make them more universal?

I did not, in any way, want to serve any clichés. I don't like the stereotypical images of Brittany. I looked for the hidden corners which I was the only one to know. Indeed, the fountains or other little monuments that I've painted, those are very simple, universal motives. Sometimes just a couple of branches were sufficient to start my inspiration. I loved being alone with nature. The variety of landscape in Brittany permitted me to find these intimate places. Near Brest I discovered many small valleys, steep-sided and hidden places.


How did you work on your paintings that are inspired by nature?

I spent a lot of time strolling around, that was my first stage of inspiration. I always had a sketchbook with me to make watercolors and drawings. Once I chose my motif I also made several colored versions. I worked on the sketches till I found harmony in the colors. The drawing was realistic, representing reality, but I added my personal colors, which was a touch of freedom. When I knew exactly what I wanted to do I came back to the spot. I set up strict rules for myself, I wanted to paint open air, in the middle of nature and without stopping, like the impressionists and Ecole of Pont-Aven artists. By taking this approach I could paint from 10 AM or noon till sunset, sometimes even with gloves, I didn't have a workspace. I isolated myself from the modern world, and now in Nantes, it's a bit harder to do. I could spend seven or eight hours on one painting, completely absorbed by nature.


Do you feel the desire to start again?

No, this cycle is finished as I had the impression to always repeat myself. I needed a break to forget about this Breton period, otherwise I could have never detached myself. And the city doesn't inspire me; my primal subject is the countryside. Now, it's about one year that I have stopped painting and I was ok, but I know you cannot just wait for inspiration, it comes back when you start working again.


What do you get out of painting?

Painting helped me to feel good, to look for a state of being in which I feel inspired. It's like a complete opening up towards the world, when painting, you have the impression of universal understanding. It's a search for exaltation, the ephemeral.


 

Nicolas Péron

 

Interview, Kasia Tirilly, 18/09/2013



Comment a commencé votre aventure avec l’art ?

Je dessinais depuis tout petit, comme tous les enfants le font, sans se poser de questions. C’étaient surtout les animaux, les insectes, la campagne, ça tournait autour de la nature et les travaux dans les champs, à la ferme. Et puis, je m’en suis un peu détaché, car adolescent, j’ai fait une pause, je me cherchais un peu… Mais après le lycée, j’ai fait une école d'arts appliqués à Nantes.


Est-ce que les cours ont changé quelque chose dans votre expression artistique ?

C’était très utile pour le dessin, dont j’ai appris et amélioré la technique. Pour la peinture, j’étais plus un autodidacte. Ce qui était le plus important, c’était le travail de fin d’année. J’ai réalisé un bouquin sur la rêverie et, en cherchant les idées, en me demandant comment mettre tout cela en forme et en couleur, j’ai eu une révélation. J’ai trouvé mon univers personnel  : la notion de rêverie montrée par le biais du paysage et j’avais vraiment envie de continuer dans cette direction.


Comment ces projets se sont concrétisés après avoir fini l’école ?

Au lieu de m’occuper de la publicité ou du graphisme, comme je l’avais projeté avant, j’ai commencé à travailler la peinture, en développant mon univers onirique. Par contre, j’ai été diplômé en 2004, mais ce n’est qu’en 2008 que j’ai fait une série de tableaux qui me plaisaient vraiment. En 2009, j’ai fait ma première exposition et d’autres s’en sont suivies.


Comment avez-vous vécu votre première exposition ?

J’avais un peu peur, mais ça m’a rassuré, le fait que ça a plu aux gens m’a libéré. Cela m’a aidé à progresser, à ne pas avoir peur des retours, des critiques. Je me suis même dit à ce moment-là que c’était un peu dommage de ne pas avoir exposé avant, mais en même temps, je n’étais pas prêt. La série des tableaux que j’ai fait à Brest, c’étaient les premiers dont j’étais vraiment fier et j’avais envie de les montrer.


Vous avez mentionné Brest  : quel rôle a joué la Bretagne dans vos œuvres ?

J’ai toujours voulu retourner en Bretagne, depuis que ma famille a déménagé à Nantes quand j’avais huit ans. Le fait de quitter cet idylle de l’enfance m’a un peu traumatisé. Quand j’ai regagné mon paradis breton, j’ai pu le reconquérir à travers la peinture. Sauf que cette fois-ci, j’avais déjà la technique et les moyens pour l’exprimer différemment. Je savais ce que je voulais faire et, surtout, comment le faire. Quand j’ai déménagé à Brest en 2007, c’était dans l’objectif de me consacrer à la peinture, de développer mon style personnel.


Sur vos tableaux, les références à la Bretagne ne sont pas évidentes. Avez-vous voulu, de cette manière, les rendre plus universels ?

Je ne voulais surtout pas tomber dans les clichés, je n’aime pas les images stéréotypées de la Bretagne. Je cherchais plutôt les endroits cachés que j’étais le seul à connaître. Effectivement, les fontaines ou d’autres petits monuments que je peignais, ce sont des motifs très simples, universels. Parfois quelques branches suffisaient pour m’inspirer. J’appréciais d’être seul face à la nature. La variété des paysages en Bretagne me permettait de trouver des lieux intimistes. A côté de Brest, j’ai découvert beaucoup de petits vallons, d’endroits encaissés, cachés.


Comment avez-vous travaillé sur ces tableaux inspirés de la nature ?

Je passais beaucoup de temps à me balader, c’était la première étape de l’inspiration. J’avais sur moi un cahier de croquis où je faisais de l’aquarelle et du dessin. Quand je repérais un motif, je refaisais d’autres versions en couleur. Je travaillais les croquis jusqu’à ce que j’aie trouvé l’harmonie des couleurs. Le dessin était fidèle à la réalité, mais j’ajoutais mes couleurs personnelles, c’était la touche de liberté. Quand je savais ce que j’allais faire, je revenais sur place. Je m’imposais des règles strictes, je voulais peindre en plein air et d’une traite, comme les impressionnistes et les peintres de l’école de Pont-Aven. En adoptant cette démarche, je pouvais peindre de dix heures ou midi jusqu’au coucher de soleil, parfois  avec les gants, je n’avais pas d’atelier. Je m’isolais du monde moderne et maintenant, à Nantes, c’est un peu plus dur à faire. Je pouvais passer sept ou huit heures sur un tableau, je m’impreignais de la nature.


Vous n’avez plus envie de le refaire  ?

Non, ce cycle est fini, car à force, j’avais l’impression de redire la même chose. J’avais besoin d’une pause pour oublier cette période bretonne, car autrement, j’avais du mal à m'en détacher. Et la ville ne m’inspire pas  ; ma matière primaire, c’est la campagne. Maintenant, cela fait un an que je n’ai pas peint et j’étais bien, mais je sais qu’il ne faut pas attendre l’inspiration. ça revient quand on se met au travail.


Que vous apporte la peinture  ?

Elle me servait à me sentir bien, à chercher un état où l’on se sent inspiré. C’est tout une ouverture sur le monde, quand on peint, on a l’impression de tout comprendre. C’est une recherche de l’exaltation, de l’éphémère.

© 2020 by Nicolas Péron

 

The content and works published on this website are governed by the copyright laws of France. Any duplication, processing, distribution or any form of utilisation beyond the scope of copyright law shall require the prior written consent of the author or authors in question.

 

  • b-facebook